Recherche

ESPACE DES COLLECTIONS
MUSÉUM DE TOULOUSE

Haut de page
Galligeranoides boriensis, collections du muséum de Toulouse

Gastornis et compagnie !

Article par E. Bourdon, C. Mourer-Chauviré et Y. Laurent
Cet article d’Estelle Bourdon (Université Claude Bernard Lyon 1, Laboratoire de Géologie de Lyon, Terre, Planètes et Environnement), Cécile Mourer-Chauviré (Muséum d’histoire naturelle du Danemark, Copenhague) et Yves Laurent (Muséum d’histoire naturelle de Toulouse et Association Paléontologique du Sud-Ouest (APSO) est un résumé de leur publication “Early Eocene birds from La Borie, southern France”, Acta Palaeontologica Polonica, 2016.

Le site de La Borie, à Saint-Papoul dans l’Aude, a livré un très beau matériel de Gastornis, oiseau terrestre géant, inapte au vol, matériel acquis par le muséum de Toulouse en 2013.

Échanges fauniques entre l’Europe et l’Amérique du Nord

L’existence de cet oiseau dans ce gisement était déjà connue par la présence d’un tibiotarse entier. Le nouveau matériel comprend un maxillaire très bien conservé, un carré, de nombreuses vertèbres et plusieurs os du membre postérieur.

Gastornis, collections du muséum de Toulouse
Maxillaire de Gastornis - coll. muséum, MHNT.PAL.2013.15.1

Le genre Gastornis est connu au Paléocène et à l’Eocène en Europe (-50 millions d’années), et à l’Eocène en Chine et en Amérique du Nord. La comparaison détaillée de la forme de La Borie rapporté à Gastornis parisiensis, montre qu’il est un peu différent de la forme américaine, Gastornis giganteus.

Illustration, squelette de Gastornis

Reconstitution de Gastornis, “The skeleton of Diatryma, a gigantic bird from the Lower Eocene of Wyoming”, Matthew, Granger,Stein, Bulletin of the AMNH, 1917 – Digital Library, AMNH

Gastornis, terrain de fouilles
Découverte du tibiotarse de Gastornis - photo. : Yves Laurent

D’autres restes d’oiseaux provenant du même site, décrits sous le nom de Galligeranoides boriensis, nouveau genre et nouvelle espèce, sont attribués à la famille éteinte des Geranoididae, qui n’était jusqu’alors connue qu’en Amérique du Nord et qui est souvent associée à Gastornis dans les gisements américains.

Des échanges de mammifères se sont produits, dans les deux sens, entre l’Europe et l’Amérique du Nord à l’Éocène inférieur. La présence d’oiseaux géants inaptes au vol de part et d’autre de l’Océan Atlantique confirme l’existence d’une connexion terrestre entre les deux continents à cette époque.

EN SAVOIR PLUS

“Early Eocene birds from La Borie, southern France”, Estelle Bourdon, Cécile Mourer-Chauviré, Yves Laurent, Acta Palaeontologica Polonica, 2016, 61 (1): 175–190, DOI : 10.4202/app.00083.2014

Photo. d’en-tête : Tarsométatarse de Galligeranoides boriensis – coll. muséum, MHNT.PAL.2013.16.2

tempus elit. ante. sit ut ut Lorem libero ut quis