Recherche

ESPACE DES COLLECTIONS
MUSÉUM DE TOULOUSE

Haut de page
Devant l'entrée du muséum en 1936

M. Bégouën eut une heureuse idée le jour où il se décida à franchir le petit lac souterrain qui jusqu'alors avait arrêté la curiosité des visiteurs

A. Auguste à propos de la découverte des bisons du Tuc d'Audoubert, L'Univers, 1912
0
Photographie de Bégouën et fils, collections du muséum
Salle Galibert, 1934, photo attribuée à A. Pujol - coll. muséum, MHNT.PHa.138.B05.12

Henri Bégouën

Nom

Bégouën

Prénom usuel

Henri

Prénoms / alias

Napoléon

Titre

Comte

Sexe

M

Naissance

20 novembre 1863

À

Châteauroux

Décès

4 novembre 1956

À

Montesquieu-Avantès

Rôles et fonctions

maire, préhistorien, conservateur, professeur

Rapport au muséum

donateur, employé

Préhistorien, professeur, maire de Montesquieu-Avantès, directeur du journal Le Télégramme (1906-1909), en 1896, alors contrôleur stagiaire en Tunisie, il fouille le site archéologique d’El Maktar. Ses fils Max, Jacques et Louis, découvrent les bisons d’argile du Tuc d’Audoubert en 1912. Il prend la succession d’Émile Cartailhac à sa mort au poste de conservateur de préhistoire en 1921. Il fouille les grottes de Marsoulas, Tarté et Roquecourbère avec James Townsend Jr en 1931 à l’occasion du partenariat entre la Smithsonian Institution et la faculté de Toulouse. La même année, il effectue une mission dans le Hoggar, au Maroc, accompagné de son fils Max.

À VENIR PROCHAINEMENT
Les Bégouën, Breuil et Cartailhac au Tuc d'Audoubert, 1912
Émile Cartailhac, Henri Bégouën et ses fils, l'Abbé Breuil - Bull. Municipal, cote FRAC31555 PO1 1938 06

EN TANT QU’OBJET

  • “Nécrologie Le Comte Henri Bégouën”, Bulletin de la Société de géographie de Toulouse , 1957 – BNF, Gallica
  • “Les bisons d’argile du Tuc d’Audoubert”, A. Auguste, L’Univers, 14 novembre 1912 – BNF – Gallica

Photo. d’en-tête : XIIe Congrès de la Société Préhistorique de France (13 au 20 sept. 1939, sous la présidence d’Henri Bégouën et présidence d’honneur de Gaston Doumergue), le 16 septembre 1936, devant l’entrée principale du muséum de l’époque, actuel Théâtre Sorano – coll. muséum

porta. pulvinar Lorem accumsan mattis commodo ut libero dolor. justo