Recherche
Haut de page
Salle d'ethnographie Galliéni créée en 1932

L’ethnographie au muséum

PARMI LES COLLECTIONS DE SCIENCES NATURELLES
  /    /  L’ethnographie au muséum

Les collections d’ethnographie et naturalia

L’exemple de Gaston de Roquemaurel illustre bien l’époque des explorations et des circumnavigations de la première moitié du XIXe siècle. Il participe au second voyage autour du monde de Jules Dumont d’Urville, en tant que son second sur L’Astrolabe, entre 1837 et 1840 qui s’attarde principalement dans le Pacifique.
De Roquemaurel, comme de nombreux officiers, aura durant ce voyage collecté, ou plutôt échangé, une kyrielle de spécimens naturalistes mais surtout des objets des populations rencontrées. Dans son abondante correspondance privée avec un cousin1 nous avons retrouvé beaucoup de commentaires et récits sur ces échanges ou achats. Il y fait mention de tissus, verroteries et autres « quincailleries » qui lui servent de monnaie d’échange pour obtenir les objets qu’il juge dignes d’intérêt.

Il en fait don à la Ville de Toulouse en 1841 puis en 1854. Ces objets déposés au Musée des Beaux-arts et des Antiques y resteront plusieurs décennies, une galerie est inaugurée en 18502.

Collier en fibre de coco et coquillages, collections du muséum de Toulouse
Collier, Îles Santa Cruz, don de Roquemaurel - coll. muséum, MHNT.ETH.AC.GI.9

En 1858, on note la publication par Ernest Roschach, conservateur du musée, d’un petit catalogue des objets de la galerie d’ethnographie3 et des spécimens naturalistes. Les collections d’ethnographie données à la ville feront de nombreux allers-retours entre les différents musées de la ville entre les XIXe et XXe siècles avant de trouver leur répartition actuelle.

Au XIXe siècle, pratiquement personne ne s’intéresse aux collections ethnographiques extra-européennes. La discipline scientifique n’existe pas encore vraiment et le regard porté sur ces productions est largement péjoratif. Ces collections ne sont pas considérées comme de l’Art, les musées de Beaux-Arts de l’époque n’en veulent pas.

Plus tard dans le XIXe siècle, la colonisation bat son plein sur tous les continents et s’accompagne de très nombreuses collectes. Les musées métropolitains sont submergés d’objets que leur envoient les naturalistes, militaires, administrateurs coloniaux en poste, missionnaires et commerçants.
Un autre exemple toulousain célèbre est celui du Général Joseph Galliéni, originaire de Saint-Béat, qui fera don en 1891 et en 1901 de ses collections provenant d’Afrique de l’Ouest et de Madagascar au muséum. Rappelons aussi que bon nombre de ces collections furent rassemblées par des préhistoriens et autres archéologues dans le contexte intellectuel de la naissance de l’archéologie comparée. C’est le cas à Toulouse avec Pierre Joulin, Félix Régnault, Émile Cartailhac et Louis Lartet et Édouard Lartet. Les armes et outils des populations lointaines pensées comme primitives sont présentés comme étant des vestiges contemporains des cultures préhistoriques européennes. Ce type de présentation sera aussi adopté à Toulouse et illustre la pensée et l’idéologie évolutionniste d’alors.

Le désir de classification de l’espèce humaine et de hiérarchie entre des supposées races4 qui domine tout le XIXe siècle et une partie du XXe siècle voit la démarche classificatoire des sciences naturelles appliquée à l’analyse des artefacts et rejaillit sur les muséographies. On le rappelle, la plupart des collectionneurs sont des naturalistes ou des archéologues et les musées qui héritent de ces collections des muséums d’Histoire naturelle.

Cette photographie correspond à la numéro 84 de l'album "Historical Photographs Volume 1: Contact Prints for Kerry & Co. Photographers" (South Australian muséum : AA 689/4/3/1/1-22), album débuté en 1885 pour "the Colonial and Indian Exhibition of 1886". L'album comprend 150 photos et a été édité par Tyrells Bookshop (James Robert Tyrell) - collections du muséum de Toulouse
Boona, femme Ngarigo de la région Monaro. Désignée par les colons comme étant "reine" elle devait avoir un rôle important au sein de son groupe. Photo. commandée au studio Kerry and Co de Sydney en 1905 - coll. muséum, MHNT.ETH.AC.AU.21
Cartel manuscrit, collections du muséum de Toulouse
Cartel ancien de la photographie, de la main d'Émile Cartailhac, illustrant l'approche comparative de l'époque.
"Village noir, laveuses indigènes", jardin des plantes, carte postale des archives municipales de Toulouse

Exposition industrielle internationale de Toulouse, 1908, Jardin des Plantes, photo. Paul Bacard – Archives municipales de Toulouse, 9FI5150

Photo., plaque de verre, femme Sénégalaise, collections du muséum de Toulouse
A.O.F. Femme Foulah. Photo. stéréoscopique de l'Exposition universelle de 1900 - coll. muséum, MHNT.PH.2014.1.1.51.1

À la fin du XIXe siècle on voit les balbutiements des missions collectives d’ethnographie qu’organise le musée du Trocadéro qui devient Musée de l’Homme en 1938. Ces missions, et particulièrement dans les années 1930, vont mettre en place une méthodologie et recueillir des informations sur les usages précis des objets dans leur culture d’origine. C’est la période de la professionnalisation de l’ethnologie qui devient une discipline à part entière avec la création d’un institut d’ethnologie et une chaire d’enseignement.

Après l’exposition coloniale de 1931 qui suscite pas mal de polémiques et annonce le déclin de ce type d’exposition5 et des exhibitions humaines, on assiste clairement à un changement de discours. Le but est de faire découvrir à la métropole toute la diversité des peuples et cultures composant les empires coloniaux. Deux personnalités jouent un rôle essentiel dans ce changement : Paul Rivet et Georges Henri Rivière. C’est à eux que l’on doit la restructuration du musée du Trocadéro en Musée de l’Homme. Le musée est avant tout une institution scientifique et un lieu d’éducation populaire qui vise à enseigner les aspects les plus représentatifs des cultures des peuples étrangers. C’est la fin des panoplies. Selon leurs termes, les vitrines doivent être « décantées » et seuls les objets les plus représentatifs doivent être montrés. Rivet et Rivière parlent « d’objet témoin », c’est à dire que pour eux, tous les objets ont une même valeur de témoignage. Exit la notion de hiérarchie de valeur artistique entre les objets.

Les archives attestent de liens réguliers entre le muséum de Toulouse et le Trocadéro puis le musée de l’Homme. De nombreux doublons de collecte des grandes expéditions sont répartis entre les différents musées de Province, ainsi les missions Georges Révoil (Éthiopie, Somalie des années 1890), Georges de Créqui-Monfort (Amérique du Sud et Andes, 1903) ou Henri Labouret (Afrique de l’Ouest, 1930-40) vont enrichir les collections d’ethnographie toulousaines.

Article de L'Express du Midi, photo. Augustin Pujol, Bibliothèque Municipale de Toulouse

Inauguration de la salle d’entomologie et conférence de Paul Rivet au muséum, L’Express du Midi, 5 fév. 1934 – BM de Toulouse, cote P014, Rosalis

Photographie, plaque de verre, collections du muséum de Toulouse
Animation d'une photo. stéréoscopique de l'Exposition universelle de 1900, "Guinée, danseurs noirs" - coll. muséum, MHNT.PH.2014.1.1.52.1
RÉFÉRENCES

1. Archives familiales
2. Journal de Toulouse, 14 août 1849 – Rosalis
3. Galerie d’ethnographie, 1858 – coll. muséum, cote A.06.09.04
4. Quand la biologie parlait de races humaines, Charline Zeitoun, 2011, – lejournal.cnrs.fr, consulté le 16 avril 2019
5. La fin des “zoos humains” / À partir de 1930, Groupe de recherche ACHAC – achac.com, consulté le 16 avril 2019

Photo. d’en-tête : Photographie attribuée à Augustin Pujol, “salle d’ethnographie”, 1949 – coll. muséum, MHNT.PHa.138.B05.02

Les objets d’ethnographie en ligne

2000 ans, 2000 images

2000 ans, 2000 images

L’ethnographie sur un site commun aux musées toulousains à l’occasion des 2000 ans de la ville : 2000 ans, 2000 images.

Base Joconde des musées de France

Base Joconde

Les collections d’ethnographie et ethnobotanique sur la base Joconde, portail des musées de France. Le jeu de données est disponible la plateforme du Ministère de la Culture. Ces objets sont également visibles sur Moteur Collections.

Plateforme POP

Plateforme ouverte du patrimoine

Les collections d’ethnographie sur la POP, base nationale du patrimoine.

Wikimedia commons

Wikimedia

Photographies des collections d’ethnographiesur Wikimedia commons.

Voir toutes les bases de données sur la page des collections en ligne.

sed eleifend dapibus Donec tristique leo